Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Carton à desseins
  • : Petites notes sur des albums de l'édition jeunesse - de l'espèce qui clignotent par tous les temps et illuminent l'écume des jours. Ici : pour vous. A bord du Batalbum ensuite, pour les enfants.
  • Contact

Recherche

8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 15:24

Alessandro Sanna, né près de Vérone en 1975, a une « carrière » déjà impressionnante (bibliographie sur son site + choix d’images : Images > Picture books).

 

Je l’ai découvert en 2007 sur le stand de Lirabelle à Montreuil, sous les atours de Mila, somptueuse chatte bleue conversant avec une fine petite souris crayonnée en quelques traits dont pas un n’est de trop, dont pas un ne manque (à voir sur le site de l’éditeur - texte : Elena Molisani).

 

sana_mila1.jpg

© Lirabelle


Ou peut-être était-ce plus tôt, dans Quel cafouillage (Kaléidoscope, 2005) où Gianni Rodari imagine un drôle de grand-père racontant le Petit Chaperon rouge à sa petite-fille mais cafouillant complètement à chaque étape du conte.

Sanna rejoua en couleurs avec la fantaisie de Rodari dans Et si on inventait les nombres ? (Kaléidoscope 2007), jonglerie poétique entre un adulte et un enfant.

 

sana rodari1a

© Kaléidoscope

sana_rodari2a-copie-2.jpg

© Kaléidoscope

 

Les éditions Grandir avait ouvert le feu dès 2002. L’orchestre du chat noir est l’histoire sans paroles d’un chat enlevé par des oiseaux pareils à des caractères chinois sur le ciel blanc ou à des blanches et noires sur les fils d’une portée.

La Nouvelle histoire de chat voit aussi un noir félin partir dans les airs… en rêve. Emporté avec le parapluie de la maison par une bourrasque, on le retrouve à la fin assoupi sous la table de la salle à manger. Ah, qui connaît les folles pensées d’un chat endormi ?

 

sana chatnoir1a

 

 

 

sana_chatnoir2a-copie-1.jpg

© Grandir


Les éditions MeMo ont publié l’an dernier La terre respire, dont le beau texte poétique (signé Guia Risari) semble entraîner le pinceau de l’artiste (s’exprimant cette fois en amples aquarelles) à la suite de deux frères : entendant un jour un battement de cœur, ils partent sur ses traces et découvrent, émerveillés, la beauté du monde.

 

sana_MeMo1-copie-2.jpg

© MeMo

 

Enfin, le dernier album d’Alessandro Sanna rend hommage à sa petite fille, dont la naissance a coïncidé avec la publication du livre, comme le rêvait son talentueux papa : Petite lumière est une pure merveille où tout est dit en quelques coups de pinceaux lancés avec tant de grâce et d’humour, de finesse et d’élégance...

Alessandro Sanna résume à lui seul tout le charme et la maestria que l’Italie nous offre inlassablement.

 

sana petiteLumière1

© Grandir

 

Si vous voulez découvrir les planches originales de quelques-uns de ses livres, en feuilleter de nombreux autres (*), il faut vous dépêcher :

la bibliothèque des enfants de Faidherbe les expose encore jusqu’au… 24 janvier !

Un rendez-vous enchanteur, à ne pas manquer pour bien démarrer l’année…

 

(*) Dont un superbe livre inspiré par Mondrian [Hai mai visto Mondrian ?, Artebambini 2005] qui a reçu le prix Andersen en 2006.

Et un Don Quichotte absolument fascinant, dont est tirée l’illustration annonçant l’expo [Don Chisciotte e la risoluta volontà del sogno, Tre lune edizioni 2005].

sana faidherbe001

 

© Tre lune edizioni

 


Sites des éditeurs :

Grandir

L'Ecole des loisirs - Kaléidoscope

Lirabelle

MeMo


Deux vitrines de l'expo (photos Julie Auzillon) :

sana_vitrine1a-copie-2.jpg

sana vitrine1b

sana vitrine2a
sana vitrine2b

sana vitrine2d

© Grandir - Alessandro Sanna


Repost 0
Published by Sophie - dans Expos et Salons
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 00:00
Voeux2010_blog-copie-1.jpg

Un peu d’indolence (propice au délicieux farniente)

Un zeste de fantaisie (sel de la vie)

Un brin d’insolence (pour lézarder les …tically correct)

Une pointe d’espièglerie (enfance de l’art ou art d’enfance ?)

 

Et sans mesure : amour & amitié, bonheur & douceur.

Avec la grâce et l’humour (*) pour leur donner du rose aux joues.


Meilleurs voeux à tous.

Bonne Année 2010 sous le signe de l'apesanteur !

 

 

(*) Une pincée de "mes" humoristes a été subrepticement glissée il y a quelques semaines au milieu des milliards de pages volantes qui sillonnent le ciel du web.

Cliquer ici pour les découvrir.

Repost 0
Published by Sophie
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 09:11

Tous les ingrédients du conte traditionnel sont au rendez-vous : un père veuf, sa fille maltraitée par une méchante belle-mère, un animal nourricier et salvateur, un voyage initiatique, de la magie, du danger… Coline Promeyrat a puisé son inspiration dans les Contes et légendes de Brocéliande de Jean Markale. Nous découvrons sous sa plume la petite Yzole courant avec vivacité d’une tâche à l’autre. Elle n’a qu’un ami : le taureau de l’étable où elle dort, un taureau bleu extraordinaire. Dans son oreille, l'enfant en larmes trouve chaque soir une bonne tartine beurrée. Quand le père, sur le conseil de sa femme au cœur empoisonné, ordonne à Yzole d’emmener le taureau chez le boucher, il n’y a qu’une chose à faire : partir, vite ! Sur leur long chemin de liberté, l’enfant et l’animal passent à travers trois forêts. Forêts magiques, forêts dangereuses, aux feuilles de cuivre, d’argent, d’or qu’il ne faut surtout pas toucher…

 

Martine Bourre, une des illustratrices les moins répétitives et les plus libres, donnent à ce conte merveilleux et terrible une touche moderne qui l’éclaire, le vivifie : petite fille aux boucles légères s’échappant du bonnet, au visage égayé par les taches de rousseur, au fichu multicolore, animal somptueux aux longs yeux expressifs, au doux sourire. Le rythme est enlevé. Les gros plans révèlent la tendresse et la complicité entre l’animal et l’enfant. Dès la première page, leur long chemin se dessinait. On le retrouve au fil de l’histoire, ample et souple comme la puissante encolure du taureau. Des cailloux et rochers mouchetés de signes, jalonnent de mêmes rondeurs les courbes de la terre sous le ciel immense.

C'est beau. Poignant.

Coup-de-cœur de Roch sur le Batalbum.


 

toro blog1-copie-1

 



toro blog2


Le taureau bleu

Une histoire contée par Coline Promeyrat

Illustrée par Martine Bourre

© Didier Jeunesse, 2009

 


 

 

 

Repost 0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 00:00

Tout a commencé en 2007 par un jeune escargot, imaginatif et insatisfait de son sort.
Pourquoi est-il né escargot plutôt que... Les rêves de raymond défilent sur chaque page, de la fraise au champignon, de la pieuvre au dragon, l'escargot ne conservant au gré de ses métamorphoses que le ravissant dessin de sa coquille. La girafe a droit à une double page, et encore elle en déborde (heureusement pour nous, elle ne grignotait pas une feuille de baobab à ce moment-là).

Au bout de ses rêves les plus fous, raymond accepte enfin sa condition modeste et rencontre une charmante… juliette.

La jeune artiste suisse Anne Crausaz signait là son premier album, un petit chef d’œuvre de poésie et d’humour au graphisme épuré. Présenté sur le Batalbum, il avait fait l'objet d'un concours de dessin.

 

 




raymond rêve

Anne Crausaz

© 2007, éditions MeMo

 


Vinrent ensuite les aventures d’une simple graine de pommier, de son premier nid de hasard dans la terre jusqu’à sa pleine croissance. Une vie simple et magnifique, à l’image de ce deuxième album tout en finesse, en émotions successives, allégées par un graphisme aérien, sans fioriture.

Petit clin d’oeil, raymond passe par là, grignote une feuille et puis s’en va. L’humanité se manifeste sous la forme d’une paire de bottes enfantines en gros plan, de deux camions (transportant des arbres coupés), d’une petite fille mangeant avec plaisir une pomme au milieu des herbes hautes. C’est la fin de l’histoire et le début d’un nouveau cycle de saisons pour de nouvelles graines (semées avec soin par la petite fille dont on ne voit que la main). Une merveille !

 






j'ai grandi ici

Anne Crausaz

© 2008, éditions MeMo

Pour son troisième album, Anne Crausaz s’intéresse à un champignon - non pas le bon gros cèpe ou la coquette girolle mais l’un des plus mal vus : l’amanite tue-mouche. Notre héros a des rêves secrets lui aussi, il aimerait parfois passer inaperçu, être plus grand ou comestible, moins seul et mieux aimé. N’allez pas croire que ce beau livre est un recueil de ses plaintes, au contraire : sur fond de sublimes bouleaux, il nous apprend à mieux connaître l’amanite au drôle de chapeau à pois, et à découvrir son rôle dans l’étonnante nature. On retrouve avec bonheur dans maintenant que tu sais les belles lignes sinueuses de la terre, raymond et sa famille nombreuse, l’atmosphère désormais familière de ces histoires naturelles signées Anne Crausaz, empreintes de poésie, de finesse et d’humour sur la pointe des pieds.

Le savant Abel Craponne le présente en ce moment à bord du Batalbum.

A ne pas manquer !







maintenant que tu sais

Anne Crausaz

© 2009, éditions MeMo


Repost 0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 09:49

En parallèle de la merveilleuse exposition Elisabeth Ivanovsky à la bibliothèque Faidherbe, j’avais présenté fin 2007 Les très petits sous forme de calendrier de l’Avent : parus entre 1942 et 1946 aux éditions des Artistes, réédités par MeMo avec les Trois Ourses, les petits livres sont au nombre de vingt-quatre, serrés dans un étui qui peut tenir dans une chaussure d’enfant, à placer bien sûr la veille de Noël devant la cheminée…


Le poète René Meurant s'est associé à sa famme, la grande artiste Elisabeth Ivanovsky, pour réaliser ces petits livres pleins de charme et de fantaisie.


Vous pouvez les revoir cette année sur le Batalbum.

Même jeu du calendrier et du rendez-vous surprise quotidien. Prévenez les enfants !

Au 5 et 6 décembre par exemple :


 

 

 

 

Les très petits

Textes : René Meurant

Images : Elisabeth Ivanovsky

© 2007, éditions MeMo

La collection des Trois Ourses

 


 

Repost 0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 16:16

Un an après le délicat Koré-no, l’enfant hirondelle (texte : Anne Mulpas – « La nuit est un poème qui protège les petits »…), la jeune illustratrice Emilie Vast publie chez MeMo un Herbier au graphisme épuré : sur la page de gauche, au-dessus du texte, la grande découpe d’une feuille sur fond noir ; en regard, une branche de l’arbre, avec feuilles, fleurs et fruits.



Saviez-vous que les castagnettes étaient en bois de châtaignier ou qu’on faisait du pain avec la sciure du bouleau ? Records de longévité : le chêne et le platane (2000 ans) suivis par le châtaignier (1500 ans) et le tilleul (1000 ans).

Le texte est riche : symbole, éléments de mythologie et d’histoire, vertus, utilisation. Si quelques anecdotes s’adressent aux enfants, il est pour tous les âges.

Tant mieux ! Petits et grands pourront se prêter l'album ou le découvrir ensemble, et l’enfant pourra le lire avec profit jusqu’à l’âge moyen du charme et du bouleau (100 ans).

La qualité du papier s’accorde au jeu des contrastes entre noir et blanc, fantaisie des couleurs et finesse du dessin. Enchanteur comme un véritable herbier et beau comme un livre d’artiste.

 

A découvrir dans le Labo d'Abel !

 

 

L’Herbier d’Emilie Vast

Arbres feuillus d’Europe

Texte et illustrations : Emilie Vast

© 2009, éditions MeMo

 

 

Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 09:55

L’année 2009 a commencé à bord du Batalbum avec une invitée prestigieuse : la Corée !

Celle-ci revient dans un petit album d’un grand raffinement, sous les traits d’un enfant en mal d’être écouté.

« Face à l’indifférence des adultes parfois trop occupés, les enfants ne parviennent pas à exprimer leurs sentiments et, peu à peu, referment leur cœur », écrit l’auteur en postface.

Sous sa plume, l’enfant nous entrouvre le sien et se raconte, par petites touches, à l’abri des animaux qui incarnent successivement ce qu’il est, ce qu’il ressent : sur la page de gauche, un seul adjectif, sur la page de droite, quelques détails soulignent l’image.


 

A la finesse du texte, tout en émotion retenue, répondent la délicatesse et l’humour d’illustrations traitées en noir et gris argenté. La mise en page est superbe. Des mots plus légers est de ces livres qu’on a envie d’ouvrir au premier regard, que l’on parcourt avec bonheur, que l’on referme tout étonné de tenir entre les mains une telle merveille.

 

La dernière page est un pur joyau de sobriété…

Courez chez votre libraire : il faut la voir en vrai !

En attendant et pour vous faire patienter,

venez découvrir quelques pages à bord.

 


Des mots plus légers

Texte : Youn Young-seon

Illustrations : Jeun Keum-ha

Traduit du coréen par

Lim Yeong-hee et Françoise Nagel

© 2009, Chan-ok/Flammarion

 

 

Chan-ok (“Perle du ciel”), label des éditions Flammarion,

invite les 3-9 ans dans une imagerie prodigieuse mêlant passé et présent, formes et couleurs, sens et esprit de la Corée du Sud.

 

 

Repost 0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 17:05

A bord du Batalbum, nous aimons les éditions Chandeigne, qui cultivent discrètement l’art de la belle ouvrage avec des livres toujours inhabituels, beaux, joyeux – ainsi la réédition de Kô et Kô, les deux esquimaux de Pierre Gueguen et M.-H. Vieira da Silva (album initialement publié par la Galerie Jeanne-Bucher en 1933).

 

PETIT CARREAU, œuvre originale de Tosca, est dans la lignée. La jeune artiste plasticienne a imaginé « l’aventure singulière d’un modeste carreau de céramique promis à un riche avenir » : l’azulejo, parti de Lisbonne pour un tour du monde, à la suite des grands marins de son pays natal. Tosca, parlant en son nom, nous ouvre l’étonnant carnet de voyage conçu par ce Petit carreau : un bestiaire, peuplé d'animaux qu’il a croisés sur tous les continents.

Des jeux complètent le livre : un palais de carton pré-découpé à monter, un jeu de l'oie pour faire le grand voyage, un jeu des 7 familles - de merveilleuses petites cartes à découper - pour tout apprendre sur l'art de l'azulejo et son histoire.

 

 

 


L’album à l’italienne s’ouvre comme une frise où se succèdent les bêtes, naturellement peintes sur des petits carreaux : une planche pour chaque animal, occupant la presque totalité d’une double page, et un texte évocateur, poétique et riche, toujours conté du point de vue de l’azulejo.

 

L’artiste a réalisé chacune de ses compositions en carton – son matériau de prédilection – qu’elle a ensuite peint et redécoupé. Les originaux sont visibles dans une exposition itinérante. A voir absolument !

Prochain rendez-vous du 18 novembre au 1er décembre (tous les jours de 15h à 18h30 sauf le week-end) au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Cyr (78210).

Je le rappellerai dans l’Agenda du Batalbum.


Venez en attendant découvrir l’album dans la Lou-Galerie !

 



Petit carreau

Illustrations & texte : Tosca

© Chandeigne, 2008

 

 

 

Repost 0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 11:28
Le Camélodéon du Batalbum avait invité les merveilleux animaux du Zoo sans animaux de Suzy Lee. A peine sont-ils repartis que d’autres leur succèdent, eux aussi échappés d’un zoo.

Bernadette Pourquié, voyant le gardien endormi, en a profité pour leur faire prendre la poudre d’escampette. Elle décline leur joyeuse débandade dans la double gamme des rimes et des images : l’hippocampe décampe tandis que la baleine prend le large, le crocodile fait sa valise pendant que le guépard déguerpit et que la tortue se carapate.


Valérie Dumas, complice idéale d’un tel jeu, l’a prise au mot et nous offre un bestiaire aussi finement délirant que haut en couleurs.


Pour bien démarrer la journée (comme la grenouille), filez le découvrir dans le Moulin à paroles.





Animal en cavale

Texte : Bernadette Pourquié

Illustrations : Valérie Dumas

© 2009 Editions Thierry Magnier

 


Repost 0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 19:49

Le point de départ a des allures de conte traditionnel : un pauvre bûcheron et ses trois fils habitent une modeste cabane au beau milieu du Bois de… Bougeotte. C’est un premier indice : la fantaisie couve très tôt, l’aventure lui emboîte le pas.

Une fois ses dix-huit ans fêtés, l’aîné est conduit à la lisière du bois. « Cherche un endroit pour vivre et sois heureux » lui dit son père.

Loïc, Thomas et Simon quitteront ainsi à tour de rôle le familier Bois de Bougeotte pour l’inconnu.

Chacun édifie sa ville et l’album, très graphique, fourmillant de détails, déploie leurs constructions successives.

 


Loïc bâtit sa ville autour d’un grand et beau poireau qui en devient naturellement l’emblème. Thomas s’attache aux questions de sécurité pour protéger les habitants de treize féroces bandits. L’explosion d’une usine de maïs fait voler en éclats la ville de Simon, trop tirée au cordeau. La reconstruction sera moins austère, les façades plus joyeuses.

 

L’histoire s’achève sur un panorama des trois villes et sur le rapide portrait croisé de quelques habitants. Le bûcheron peut être fier : ses fils sont de formidables architectes !

Un livre inclassable, extravagant et ingénieux, que Lou Karnakopoulos (l’artiste à bord du Batalbum) dévoile dans sa Galerie.

 


Créacité

Texte : Koen De Poorter

Illustrations : Pieter Gaudesaboos

Adaptation française : Charlotte Fierens

© 2008 Editions Milan

Présenté sur le Batalbum avec l’aimable autorisation de l’éditeur Lannoo

Repost 0